Découvrez Haut Anjou en illimité pour 1€ seulement Découvrir les offres

Courbeveille. L214 demande la fermeture d'un élevage

Actualités. L214 demande la fermeture d'un élevage de cerfs à Courbeveille après une vidéo qui fait réagir, notamment les services de l'État qui sont également attaqués par l'association.

Courbeveille. L214 demande la fermeture d'un élevage
L'abattage des cerfs dans une exploitation du sud-Mayenne est dénoncé par l'association (Photo d'illustration). - Pixabay

L'association L214 a porté plainte mercredi 13 décembre auprès de la procureure du tribunal judiciaire de Laval pour mauvais traitements commis par un professionnel.

Elle vise là un élevage de cerfs à Courbeveille.

L'association met en avant "des mises à mort de jeunes cerfs (daguets) […] qui sont saignés encore conscients. […] L214 porte plainte pour mauvais traitements, et demande l'arrêt immédiat de l'activité d'abattage de cet élevage", indique l'association dans un communiqué.

L214 indique : "Sur les images, on constate que des cerfs sont encore conscients après l'étourdissement : ils se contorsionnent à la sortie du piège, et réagissent au coup de couteau alors qu'ils sont ligotés et maintenus par deux personnes. Ils sont tués au-dessus d'un bidon en plastique qui se remplit de sang au fur et à mesure des abattages. Certains égorgements sont réalisés en plusieurs passages de couteau."

L214 estime aussi que la salle d'abattage est "archaïque, dans l'irrespect le plus total des règles sanitaires."

Des animaux conscients ou pas ?

Contactés, les éleveurs n'ont pas souhaité réagir, mais la préfecture elle, a réagi.

Dans un communiqué, elle rappelle "les cervidés (chevreuils ou cerfs) en tant que spécimens de la faune sauvage ne font pas l'objet d'un élevage similaire à celui d'autres animaux destinés à la consommation humaine. Leurs conditions d'abattage diffèrent également des autres d'animaux d'élevage dans la mesure où ils ne sont pas transportés vivants vers un abattoir."

La préfecture continue : "L'élevage incriminé fait l'objet d'une visite régulière par les représentants des services de l'État chargés d'inspection, la dernière ayant eu lieu en avril 2023. L'éleveur détient les autorisations requises et dispose des installations permettant le déroulement de ces opérations dans des conditions garantissant le respect de la réglementation et la sécurité sanitaire des viandes et produits qui seront ensuite commercialisés. Enfin, les services de l'État confirment que les images diffusées ne permettent pas de conclure à l'état de conscience des animaux au moment de leur saignée."

L214 réfute toute intrusion

Sébastien Arsac de L214 a réagi à la réponse de la préfecture : "On n'a jamais vu des hommes tenir la tête et les pattes d'animaux inconscients".

L214 indique ne pas être surpris de la réponse de la préfecture mais souligne "qu'on a déjà obtenu quatre condamnations de services vétérinaires" en France.

C'est pourquoi L214 "entame un recours contre l'État pour carences de ses services vétérinaires".

Quant à la pétition de L214, lancée jeudi 14 décembre, elle avait reçu 55 391 signatures le lendemain après-midi.

Questionné sur les raisons de cette vidéo dans cet élevage, Sébastien Arsac indique : "Nous avions reçu un signalement sur les conditions d'abattage."

Enfin, il réfute toute intrusion de L214 dans les locaux de cette exploitation.

Florent Renaudier, président de la Fdsea, contacté a réagi. "J'ai contacté bien évidemment les éleveurs. Le conseil d'administration de la Fdsea apporte tout son soutien au couple qui est jeté en pâture par des dénonciateurs qui eux restent anonymes. On dénonce cela."

Il continue sur les méthodes de L214 : "Ils usent d'intrusion, il y a violation de domicile. Nous travaillons tout ceci avec les parlementaires pour que les choses évoluent. Je ne connais aucun agriculteur qui n'ouvre pas ses portes à qui aimerait visiter."

D'ailleurs, le couple d'éleveurs ouvre lui aussi régulièrement son exploitation au public.

Florent Renaudier ne souhaite pas commenter les images de la vidéo de L214.

"Je n'ai pas souhaité les voir pour ne pas participer avec mon clic au buzz. Je tiens seulement à dire que quand j'étais gamin je me souviens de cochons ou lapins qu'on tuait à la ferme et qui bougeaient encore après leur mort. Je ne trouve donc pas choquant qu'un animal bouge après sa mort."

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Petites Annonces
Immobilier
Maison en prêt vendeur
Maison en prêt vendeur Bessé-sur-Braye (72310) 350€ Découvrir
A vendre maison en centre ville de Saint-Lô
A vendre maison en centre ville de Saint-Lô Saint-Lô (50000) 167 000€ Découvrir
Maison centre ville
Maison centre ville Villedieu-les-Poêles-Rouffigny (50800) 470€ Découvrir
Cabinet Faudais, Gouville-sur-MerTél. 02.33.47.90.00
Cabinet Faudais, Gouville-sur-MerTél. 02.33.47.90.00 Tessy-Bocage (50420) 328 500€ Découvrir
Automobile
Mobil home
Mobil home La Barre-de-Monts (85550) 12 000€ Découvrir
C3 aicross 2020 .2 PURETECH 130 S&S FEEL PACK BUSINESS EAT6
C3 aicross 2020 .2 PURETECH 130 S&S FEEL PACK BUSINESS EAT6 Bois-Himont (76190) 16 000€ Découvrir
Dacia Logan break 1.4 l essence
Dacia Logan break 1.4 l essence Blosville (50480) 3 400€ Découvrir
Clio 3
Clio 3 Varennes-sous-Dun (71800) 3 500€ Découvrir
Bonnes affaires
Bottines de femme
Bottines de femme Maisons-Alfort (94700) 30€ Découvrir
Ecran plat ordinateur
Ecran plat ordinateur Maisons-Alfort (94700) 150€ Découvrir
Ecran plat ordinateur
Ecran plat ordinateur Enghien-les-Bains (95880) 70€ Découvrir
Chambre à coucher complète
Chambre à coucher complète Le Genest-Saint-Isle (53940) 400€ Découvrir
Abonnez vous au journal
Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Annonces Légales
Courbeveille. L214 demande la fermeture d'un élevage