Découvrez Haut Anjou en illimité pour 1€ seulement Découvrir les offres

Châteauneuf-sur-Sarthe. Paillote démolie : la "verrue" enfin effacée

Actualités. Un ancien lieu laissé à l'abandon et devenu une verrue a retrouvé ses lettres de noblesse grâce au Conseil départemental et la Ville des Hauts-d'Anjou.

Châteauneuf-sur-Sarthe. Paillote démolie : la "verrue" enfin effacée
Le site, anciennement peu prisé, sauf de certains pour divers trafics, a retrouvé ses lettres de noblesse. - Thomas Clavreul

Mardi 5 juillet, les élus des Hauts-d'Anjou ont inauguré les travaux d'aménagement du bord de Sarthe, au niveau du pont. Marc-Antoine Driancourt, maire délégué, a rappelé la symbolique de ce chantier.

"Ici nous sommes sur un site emblématique des Hauts-d'Anjou et de Châteauneuf car il est situé en bord de rivière. C'est une vraie pépite."

Ancien lieu de deal

"Autrefois, il y avait le long un bâtiment qui servait de restauration pour l'Auberge de la Sarthe, qui a fermé. Les bâtiments ont été à l'abandon longtemps, une situation qui a perduré. Les bâtiments étaient dans un état pitoyable et étaient même devenus un lieu de deal."

Alors les élus, à leur arrivée à la mairie, ont décidé "de ne pas laisser cette verrue. Il fallait absolument la démanteler."

Mais comme le site était situé en bord de Sarthe, et donc sur le domaine public fluvial, pour mener une action, il a fallu aux élus travailler avec le Conseil départemental.

Marc-Antoine Driancourt ne s'en cache pas : "Ça a été compliqué longtemps mais, après trois ans d'efforts, le dossier a avancé."

Le bâtiment, "sorte de paillote", a été démoli "mais le Conseil départemental a laissé le chantier à un niveau en dessous de l'acceptable".

La Ville a investi

Les services de la ville des Hauts-d'Anjou sont alors intervenus et ont piloté les divers équipements installés comme la balustrade et les bordures.

Quant au service espaces verts, il a eu en charge la remise en état des lieux, l'engazonnement et l'embellissement général.

Reste encore un banc, une chaise longue et deux fauteuils à installer. "Il s'agira de mobilier urbain renforcé, pour éviter vols et dégradations", et ainsi permettre à certains de lire, se reposer, ou s'allonger tout simplement.

Maryline Lézé, maire des Hauts-d'Anjou, s'est aussi réjouie de la fin de ce dossier et "même si tout n'a pas été parfait, il faut remercier le Conseil départemental de nous avoir entendus".

Le coût pour la partie communale s'élève à 30 000 €.

Régine Brichet, conseillère départementale, a salué la démarche, qui va dans le sens du bien-être.

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Petites Annonces
Immobilier
vente Mobil-Home
vente Mobil-Home Saint-Jean-de-Monts (85160) 48 600€ Découvrir
Maison de ville
Maison de ville Granville (50400) 254 400€ Découvrir
Maison de maître
Maison de maître Jullouville (50610) 265 000€ Découvrir
Location appartement
Location appartement Saint-Yan (71600) 0€ Découvrir
Automobile
Mercedes
Mercedes La Jaille-Yvon (49220) 1 000€ Découvrir
Citroën Jumpy 2L 120 cv Business
Citroën Jumpy 2L 120 cv Business Meslay-du-Maine (53170) 14 500€ Découvrir
VENDS FOURGON
VENDS FOURGON Château-Gontier-sur-Mayenne (53200) 11 900€ Découvrir
VENDS PEUGEOT
VENDS PEUGEOT Fromentières (53200) 3 700€ Découvrir
Bonnes affaires
Vide maison
Vide maison Craon (53400) 1€ Découvrir
Bottines de femme
Bottines de femme Maisons-Alfort (94700) 30€ Découvrir
Ecran plat ordinateur
Ecran plat ordinateur Maisons-Alfort (94700) 150€ Découvrir
Ecran plat ordinateur
Ecran plat ordinateur Enghien-les-Bains (95880) 70€ Découvrir
Châteauneuf-sur-Sarthe. Paillote démolie : la "verrue" enfin effacée