Découvrez Haut Anjou en illimité pour 1€ seulement Découvrir les offres

Château-Gontier. Rue Garnier : il n'y a pas d'Eugène qui tienne

Actualités.

Château-Gontier. Rue Garnier : il n'y a pas d'Eugène qui tienne
La rue Garnier n'a jamais porté de prénom. Bientôt, elle sera réaménagée. - Philippe Simon

Dans le magazine de printemps 2024 de Château-Gontier-sur-Mayenne, on peut lire : "Rue Eugène Garnier : un aménagement complet ". Michèle Cognard, une Azéenne, s'étonne. L'historienne locale, auteur de l'Ancien hospice Saint-Joseph, dans "Présence du Haut-Anjou" rappelle que la rue " n'a pas de prénom ". Dans Figures du passé de Loïc Bouillé et Sylvie Béthuel, sorti dans le cadre du millénaire de Château-Gontier (2007), il est écrit : " Nous possédons peu d'informations sur la ou les personnes que la municipalité castrogontérienne a voulu honorer en donnant le nom de rue Garnier " (à descendre vers le Carrefour Market, N.D.L.R). Seule indication, les quatre rues nouvellement nommées en 1832, à savoir les rues Craonnaise, Dublineau, Gilles-Marais et Garnier sont des noms empruntés à l'histoire du Pays ou pouvant rappeler des actes de bienfaisances.

Jean-Joseph ou Marie mais pas d'Eugène

" En ce qui concerne la rue Garnier, le nom est relié à une illustre famille, d'après l'archiviste Gauchet", que citent les auteurs de l'ouvrage. "L'aïeul, Jean-Joseph Garnier, notaire royal, greffier au présidial, secrétaire à l'hôtel de ville et greffier de juridiction de police laissa sa demeure au coin nord de la place Paul-Doumer à ses filles et à son fils, Joseph Bernard Garnier, vicaire à Saint-Rémi puis chapelain de la collégiale Saint-Just. Les enfants de ce dernier sont à l'origine des dons ayant conduit la mémoire de la famille Garnier. " Les auteurs ajoutent : " Peu de temps avant la Révolution de 1793, l'abbé Jean-Joseph Garnier, chanoine de Saint-Just, fit bâtir sur un terrain dépendant de Saint-Joseph (l'hospice accueillant des orphelins des faubourgs), une vaste construction qui coûta près de 100 000 livres ; Garnier offre, de 1777 à 1787, la somme de 16 356 livres en argent à Saint-Joseph. Une demoiselle Marie-Anne Garnier offrira à Saint-Joseph la somme de 15 528 livres en 1788. Cette dernière est la fille de Jean-Joseph Garnier. "

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Petites Annonces
Immobilier
vente Mobil-Home
vente Mobil-Home Saint-Jean-de-Monts (85160) 48 600€ Découvrir
Maison à vendre Dangy
Maison à vendre Dangy Dangy (50750) 136 200€ Découvrir
Maison à vendre Cerisy-la-Salle
Maison à vendre Cerisy-la-Salle Cerisy-la-Salle (50210) 243 320€ Découvrir
Duplex/Triplex
Duplex/Triplex Granville (50400) 0€ Découvrir
Automobile
Mobil home
Mobil home La Barre-de-Monts (85550) 12 000€ Découvrir
Scooter Kymco Occasion
Scooter Kymco Occasion Les Pieux (50340) 900€ Découvrir
Vend treuil
Vend treuil Grandcamp-Maisy (14450) 340€ Découvrir
Renault master III fg F3300
Renault master III fg F3300 Villedieu-les-Poêles-Rouffigny (50800) 18 000€ Découvrir
Bonnes affaires
Vide maison
Vide maison Craon (53400) 1€ Découvrir
Bottines de femme
Bottines de femme Maisons-Alfort (94700) 30€ Découvrir
Ecran plat ordinateur
Ecran plat ordinateur Maisons-Alfort (94700) 150€ Découvrir
Ecran plat ordinateur
Ecran plat ordinateur Enghien-les-Bains (95880) 70€ Découvrir
Château-Gontier. Rue Garnier : il n'y a pas d'Eugène qui tienne